Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Les Cahiers de l'ACME

CRFMW - 11e festival Images Sonores du 19 au 21/11 à Liège (B)

26 Octobre 2009, 12:34pm

Publié par Vinciane Baudoux

Logo CRFMWLe CRFMW (Centre de Recherches et de Formation Musicales de Wallonie) vous propose de venir écouter son 11e festival IMAGES SONORES de musique électronique « live » (électronique temps réel). Cette édition 2009 se déroulera les jeudi 19, vendredi 20 et samedi 21 novembre à l’ancienne Église St-André, place du Marché à Liège, en Belgique.

Programme du festival (sous réserve de modifications) :

Philippe LerouxFranck Christoph Yeznikian1. « Voi(rex) - Figures de France » le jeudi 19 novembre à 20 h 30

Avec l’Ensemble O|\| - Gilles Gobert, direction ; Marie de Roy, soprano solo ; Angéline Le Ray, soprano solo ; Anne Maistriau, soprano ; CRFMW, informatique musicale et électronique temps réel.

- Franck Christoph Yeznikian (photo à droite - F) : PVLVERE (entre poudres et poussières) (2007), bourse du CRFMW, création liégeoise (pour violon, violoncelle, flûte basse, clarinette basse, piano et sons électroniques) ;
- Gilles Gobert : Pièce pour ensemble et électronique (2009), œuvre réalisée au CRFMW, création (pour deux sopranos, flûte, violoncelle, piano et électronique temps réel) ;
- Philippe Leroux (photo à gauche - F) : Voi(rex) (2002), œuvre réalisée à l’IRCAM, création belge (pour voix solo, flûte, clarinette, violon, violoncelle, piano, percussion et dispositif électronique).

« S’il n’y avait qu’une œuvre à connaître pour saisir les enjeux de la musique au début du XXIe siècle, ce serait Voi(rex) de Philippe Leroux » (Pierre Gervasoni, La musique contemporaine en 100 disques).

La voici donc en création belge, associée à deux opus de compositeurs nés de part et d’autre du tournant des années ’70 et dont le second, le Belge Gilles Gobert, a été le créateur de l’œuvre du premier, le Français Franck Christoph Yeznikian, voix singulière dont PVLVERE est la première partition mixte.

2. « Sur le Qui-vive - Hommage à Henri Pousseur » le vendredi 20 novembre à 20 h 30

Georges-Elie Octors, direction ; Marianne Pousseur, voix ; Jean-Pierre Peuvion, clarinettes ; Michel Massot, tuba ; François Deppe, violoncelle ; Brigitte Foccroulle, claviers et piano solo ; Gerrit Nulens, percussion ; CRFMW, informatique musicale et électronique temps réel.

- Henri Pousseur : Stèle à la mémoire de Pierre Froidebise ; Au cœur de 3 Paysages planétaires : Chamanes sahéliens, Ethiopie brésilienne et Vietnamibie (2008 et 2005 ; pour clarinette basse solo et électroacoustique) ;
- Michel Gonneville (CAN) : Chute / Parachute (1989), œuvre sélectionnée lors de la Tribune internationale des compositeurs (pour piano et sons électroniques) ;
- Henri Pousseur : Sur le Qui-vive, sur des textes de Michel Butor (1985 ; pour voix, clarinette, tuba, violoncelle, claviers, percussion et sons enregistrés).

Henri Pousseur : une voix qui se distingue clairement dans le concert des compositeurs du XXe siècle ! La trempe d’un chercheur, des préoccupations tant esthétiques que sociales ou sociétales, le souci de la pédagogie créative la plus innovante. La démonstration par ce concert qui le fait dialoguer avec le premier jeune compositeur québécois venu se former à Liège dans les années ’70 auprès de celui qui était déjà reconnu comme un maître exceptionnel : Michel Gonneville, qui s’est en outre forgé de solides amitiés humaines et musicales en Belgique.

3. « Continuum - Carte blanche au Conservatoire Royal de Liège » le samedi 21 novembre à 20 h 30
Gilles Gobert
Classes de composition (direction : Michel Fourgon), de composition mixte (direction : Gilles Gobert - photo ci-dessus) et de violoncelle (direction : Jean-Pol Zanutel) du Conservatoire Royal de Liège (B). Avec Loraine Bazalgette, Sarah Wéry, Shirley Kessous, Eve Jacobs et Florence Bailly, violoncelles ; Loreline De Cat et Kimiko Nishi, clavecin ; CRFMW, informatique musicale et électronique en direct.

Gaëlle Hyernaux- Bertrand De Lamalle : Little Bang (2009 ; pour violoncelle et sons électroniques) ;
- Sarah Wéry : Am I a Hurricane? (2009 ; pour violoncelle, clavecins et sons électroniques) ;
- Gaëlle Hyernaux (photo à gauche) : Avatar, ou à la recherche de l’ombre du 120 (2009 ; pour violoncelle et dispositif électronique) ;
- György Ligeti : Continuum (1968 ; pour clavecin solo) ;
- Kaija Saariaho : Jardin secret II (1984), œuvre réalisée à l’IIRCAM et à l’INA/GRM (pour clavecin et sons électroniques) ;
- Klaus Huber : … Ruhe sanft…, In memoriam John Cage (1992 ; pour voix sur haut-parleur, quatre violoncelles et amplification) ;
- Patrick Lenfant (photo ci-dessous à droite) : De ma mémoire… l’ombre (1987 ; pour violoncelle et sons électroniques).

Le talent n’attend pas le nombre des années, ce n’est plus à démontrer ! Depuis toujours, le CRFMW a été un lieu de collaboration pédagogique avec le Conservatoire de Liège. Ici, de tout jeunes musiciens se partagent la composition et l’interprétation, soutenus et guidés par leurs professeurs. Un programme très éclectique, pour une palette très diversifiée de personnalités.
Patrick Lenfant
Les parties d’électronique « live » (électronique temps réel) des trois soirées sont assurées par Jean-Marc Sullon et Patrick Delges.

- Télécharger le dépliant du festival Images Sonores (PDF)

Tarifs :
Entrée (programme offert) : 15 € ; étudiants, sans emploi : 10 € ; bénéficiaires de l’Article 27 [NDLR : [qui permet à certaines catégories d’allocataires sociaux en Belgique de bénéficier de tarifs réduits sur des spectacles] : 1,25 € ; chèques Sport & Culture Pass et Culture Pass SABAM acceptés.

Le festival Images sonores est réalisé avec l’aide de la Communauté française Wallonie-Bruxelles (Direction générale de la Culture, Service de la Musique), de la Ville de Liège, du Service Culture de la Province de Liège, de Re :New Music, du Centre Culturel de l’Arrondissement de Huy, du Théâtre de la Place, de Musiq’3, de Dexia Banque, d’Ibis Liège Opéra, de l’Épicerie naturelle et biologique « Le temps des cerises » à Liège et de la Librairie PAX à Liège.

Renseignements :
CRFMW - Centre de Recherches et de Formation Musicales de Wallonie ASBL
Marie-Isabelle Collart, Secrétaire générale
Quai Banning, 5
B - 4000 Liège
Tél. : [00 32] (0) 4 223 22 98
Fax : [00 32] (0) 4 222 06 68
Courriel : info@crfmw.be
Images Sonores 2009

Voir les commentaires

Menace de délocalisation sur Studer Professional Audio

26 Octobre 2009, 11:22am

Publié par Vinciane Baudoux

Logo Studer
Depuis le mardi 20 octobre 2009, une centaine de membres du personnel de STUDER PROFESSIONAL AUDIO de Regensdorf (Zurich – Suisse) - filiale du groupe Harman - sont en grève : ils veulent empêcher la délocalisation de leur entreprise vers Soundcraft en Angleterre – autre filiale du groupe Harman. Cette délocalisation signifierait aussi le licenciement, à terme, de tout le personnel.

Lors de sa conférence de presse, Beno Germann (service clientèle), a fait la comparaison suivante : « Ce serait comme délocaliser en Grande-Bretagne un restaurant suisse classé 18 points au Gault & Millau pour en faire une vulgaire friterie déficitaire, uniquement parce que la main d’œuvre britannique est moins chère ! »

Logo Soundcraft / StuderDans une résolution adressée à Blake Augspurger, chef du « Harman Professional Group », les employés du groupe exigent l’annulation immédiate des licenciements, l’abandon de toutes les mesures de transfert et l’ouverture de négociations visant à l’adoption d’une solution alternative.

Sur son site, la société Harman International a déjà associé le logo de STUDER à celui de Soundcraft !

Un site de réactions à ces mesures a été créé : http://harman-do-not-kill-studer.org/ .


Un peu d’histoire...


Willy StuderLe Studer271912 - Naissance de Willi Studer (photo à gauche).
1931 - A l’âge de 19 ans, il crée sa première compagnie Tell qui fabrique des récepteurs de radio, son père fait les boîtiers. Mais ces récepteurs étaient trop bons et ... trop chers !
1948 - Il réalise un enregistreur à bande. Il crée sous le nom de Dynavox, à Herisau, une société pour la fabrication de celui-ci, il emploie 6 personnes.
1951 - Il change le nom de sa société en ReVox, et développe l’enregistreur Studer27 (ci-contre à droite), dont le prototype  servira au premier enregistrement en direct de la Radio Suisse.

1952 - La société compte 32 employés.
1959 - Elle s'installe à Regensdorf (Zurich – Suisse)
1960 - Le ReVox D36 est le premier enregistreur Stéréo à 2 vitesses.
1967 - Parallèlement à la sortie du ReVox A77, le disque des Beatles « Sergeant Pepper’s Lonely Hearts Club Band » est enregistré aux studios Abbey Road sur une machine Studer J-37 à 4 pistes (ci-dessous).
Le studer J-37
1968 - La société emploie 560 personnes.
1970 - Lancement de la série d'enregistreurs multipistes Studer A-80 (ci-dessous), qui iront du 2 pistes sur 1/4 de pouce au 24 pistes sur 2 pouces.
1971 - Lors de la première convention européenne de l’AES, Willi Studer s’engage à payer les déficits éventuels ! Heureusement, il n’y en eut pas…
1978 - Lancement de la série d'enregistreurs multipistes Studer A-800 (ci-dessous), qui vient remplacer la série A-80 ; Willi Studer, l’autodidacte, est nommé Docteur Honoraire de l’Université technique d’Eidgenössischen.

1982 - Il reçoit la plus haute récompense de l’industrie Audio : la médaille d’or de l’AES à la convention de Montreux.
1986 - « Joint venture » entre Studer AG et Philips Gloeilampenfabrieken NV pour la fabrication de lecteurs de CD. Le groupe STUDER REVOX occupe plus de 2.000 personnes sur dix sites de production dans le monde.
1989 - A 77 ans, Willi Studer annonce son intention de se retirer de la vie active et de vendre sa compagnie, qui emploie désormais 1.576 personnes.
1990 - Studer Professional Audio est vendu à SAEG Refindus, une filiale de Motor-Columbus (MC).
1992 - Un millier d’emplois sont perdus.
1993 - Les pertes s’élèvent à 24 millions de francs suisses.
1994 - MC se sépare de Studer-ReVox, lourdement déficitaire. Le groupe est scindé en deux. Studer Professional Audio est repris par le groupe américain Harman Kardon, qui possède également Soundcraft. ReVox est revendu à des investisseurs privés.
1996 - Décès de Willi Studer le 1er mars à Zurich à l’âge de 83 ans.
2009 - Des 1.576 employés de jadis à Regensdorf, l’entreprise n’en compte plus qu'une centaine aujourd'hui…

Références Internet :

http://harman-do-not-kill-studer.org
http://studerrevox.museum/  
http://www.studer.ch/news/willistuder.aspx  
http://www.aes.org/aeshc/docs/jaes.obit/JAES_V44_5_PG435.pdf  
http://www.unia.ch/Studer-doit-rester-a-Regensdor.3832.0.html?&no_cache=1&L=1  
http://franck.ernould.perso.sfr.fr/studer.html  
http://www.vintagerecorders.co.uk/Images/Backdrop/Truvoxmk3.jpg  
http://www.revox.ch/index.tpl?iid=l38a1b9c2d18?=2&iid2=10  
http://www.harman.com/EN-US/OurCompany/Pages/History.aspx  

Willy Aubert

Voir les commentaires