Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Les Cahiers de l'ACME

Festival Ars Electronica 2007 d’arts numériques du 5 au 11 septembre 2007 à Linz (Autriche)

17 Août 2007, 12:00pm

Publié par Vinciane Baudoux

Bandeau Ars Electronica 2007
Cette année, le festival Ars Electronica d’arts numériques se déroulera sous l’intitulé très orwéllien de « Goodbye Privacy » du mercredi 5 au mardi 11 septembre 2007 dans la ville de Linz, en Autriche.

Très touffu, le programme vous propose de découvrir les œuvres des lauréats du Prix Ars Electronica, un concours d’arts numériques en tous genres - y compris, bien sûr, de musiques électroniques ; un symposium, qui portera cette année sur le devenir de la vie privée dans une société dont la numérisation croît de façon exponentielle ; des installations sonores et/ou visuelles ; des conférences ; et, bien entendu, des concerts et des spectacles.

Voici une sélection effectuée parmi les nombreuses activités proposées :

Goodbye FM/AM farewell analogue TVLe samedi 8 de 12 h 30 à 17 h 30 et le dimanche 9 septembre de 10 h à 17 h, vous pourrez assister dans le Lecture Space Horn, Marienstraße 8, à un colloque portant sur la disparition de la radio AM et FM et de la télévision analogique, et leur remplacement progressif par le tout numérique.
Cliquez sur le lien suivant pour consulter le programme détaillé de ce colloque.

Le samedi 8 et le dimanche 9 septembre de 21 h à 23 h, la mouture 2007 du « Klangwolke » (nuage sonore) vous permettra de découvrir dans le Donaupark (« parc du Danube ») six inventions humaines qui ont joué un rôle décisif dans l’évolution de la société depuis un ensemble constitué de petits villages en un ensemble de mégalopoles, puis, au rythme du développement des réseaux mondiaux de communications, en un vaste « village mondial ». A un autre degré de narration, cette œuvre relatera six vies humaines se déroulant sur les six continents, vies qui sont mystérieusement interconnectées.
La mise en scène incorpore la présence du public, la proximité du Danube et celle des bâtiments adjacents.
Un récit librement adapté par Tom Schenk, d’après un texte d’Herman van Veen.

Mais le point d’orgue de votre passage à Linz sera la soirée « Digital Musics in Concert », qui se déroulera le lundi 10 septembre de 20 h à 22 h dans la Brucknerhaus, et vous permettra de découvrir les trois lauréats du Prix Ars Electronica, catégorie « musiques numériques ».

Masahiro MiwaCette année, le Prix a été attribué à Reverse Simulation Music, du Japonais Masahiro Miwa. Sa pièce est basée sur des structures compositionnelles développées sur ordinateur et est interprétée par des musiciens, des performeurs ou des machines. En fonction des mouvements et des actions des performeurs, les règles et les calculs de départ se concrétisent de façon sonore dans un ordre déterminé ou aléatoire (improvisé).
Par rapport à une composition dans le sens traditionnel du terme,
Reverse Simulation Music ne constitue pas une tentative de mise en musique ou de recréation acoustique de phénomènes naturels, mais au contraire, une tentative de transformation de règles et de structures « artificielles », développées sur ordinateur, en un phénomène à caractère naturel.

Ce concert sera également l’occasion de découvrir les pièces Mi Vida, du compositeur d’électroacoustique Mexicain Israel Martinez - par ailleurs présent à Bourges 2007, le festival d’électroacoustique de l’IMEB -, et Grist, de l’artiste américain ambient Drumcorps, qui ont respectivement obtenu le 2e et le 3e prix.
La liste des lauréats des éditions précédentes de ce concours, qui existe depuis 1987, comprend des noms aussi prestigieux que ceux de Peter Gabriel, Jean-Claude Risset, Denis Smalley, Kaija Saariaho, François Bayle, ou encore Bernard Parmeggiani.

Cliquez sur le lien suivant pour consulter le programme détaillé d’Ars Electronica 2007 (en anglais).
Et si tout ceci vous laisse encore sur votre faim, offrez-vous une Linzer Torte, célèbre pâtisserie locale fourrée à la confiture de groseilles… Mahlzeit !


Renseignements :
Ars Electronica Linz
Hauptstrasse, 2
A-4040 Linz
Autriche
Tél. : [00 43] 732 72 72 ext. 0
Fax : [00 43] 732 72 72 ext. 77
Courriel : info@aec.at
Internet : www.aec.at/privacy

Voir les commentaires

Universal va à son tour commercialiser en ligne des titres musicaux non protégés

17 Août 2007, 11:36am

Publié par Vinciane Baudoux

Logo Universal Music
Dernier épisode en date de la saga DRM : les responsables d’Universal Music (Vivendi) ont annoncé qu’il allaient eux aussi tester la commercialisation en ligne de titres musicaux débarrassés de la technologie de protection contre la copie connue sous le nom de DRM (« Digital Rights Management », gestion numérique des droits).
Des milliers d’albums sont concernés et seront désormais commercialisés au format MP3 et débarrassés de toute forme de protection anticopie.
Stevie WonderLes artistes figurant au vaste catalogue d’Universal et concernés par cette initiative comptent Amy Winehouse, Mika, Gwen Stefani, Stevie Wonder (photo), Johnnie Cash, ou encore Sting.
L’expérience se déroulera d’août 2007 à janvier 2008 et permettra à la major d’analyser des données telles que les besoins des consommateurs, la réactivité des prix et le taux de piratage en fonction la disponibilité de fichiers MP3 non protégés.
Les plateformes de téléchargement qui testeront la commercialisation de ces fichiers musicaux incluront Google, Wal-Mart et Amazon.

Il est à noter que la plateforme de téléchargement payant en ligne Apple iTunes Music Store, la troisième plus importante aux USA, ne participera pas à cette opération.
Cependant, iTunes propose déjà le téléchargement de fichiers non protégés issus du catalogue EMI (voir notre article).

Même si l’évolution se dessine assez lentement, il semble bien que la disparition des systèmes anticopie pour le téléchargement en ligne soit désormais inéluctable.
Les majors, il est vrai, ne paraissent plus guère en position de lutter contre les systèmes de piratage du type P2P (peer to peer, « de particulier à particulier »), qui mettent « gratuitement » et dans la plus parfaite illégalité des millions de titres à la disposition des internautes.

Affaire à suivre…

Vinciane Baudoux.

Voir les commentaires