Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Cahiers de l'ACME

Universal va à son tour commercialiser en ligne des titres musicaux non protégés

17 Août 2007, 11:36am

Publié par Vinciane Baudoux

Logo Universal Music
Dernier épisode en date de la saga DRM : les responsables d’Universal Music (Vivendi) ont annoncé qu’il allaient eux aussi tester la commercialisation en ligne de titres musicaux débarrassés de la technologie de protection contre la copie connue sous le nom de DRM (« Digital Rights Management », gestion numérique des droits).
Des milliers d’albums sont concernés et seront désormais commercialisés au format MP3 et débarrassés de toute forme de protection anticopie.
Stevie WonderLes artistes figurant au vaste catalogue d’Universal et concernés par cette initiative comptent Amy Winehouse, Mika, Gwen Stefani, Stevie Wonder (photo), Johnnie Cash, ou encore Sting.
L’expérience se déroulera d’août 2007 à janvier 2008 et permettra à la major d’analyser des données telles que les besoins des consommateurs, la réactivité des prix et le taux de piratage en fonction la disponibilité de fichiers MP3 non protégés.
Les plateformes de téléchargement qui testeront la commercialisation de ces fichiers musicaux incluront Google, Wal-Mart et Amazon.

Il est à noter que la plateforme de téléchargement payant en ligne Apple iTunes Music Store, la troisième plus importante aux USA, ne participera pas à cette opération.
Cependant, iTunes propose déjà le téléchargement de fichiers non protégés issus du catalogue EMI (voir notre article).

Même si l’évolution se dessine assez lentement, il semble bien que la disparition des systèmes anticopie pour le téléchargement en ligne soit désormais inéluctable.
Les majors, il est vrai, ne paraissent plus guère en position de lutter contre les systèmes de piratage du type P2P (peer to peer, « de particulier à particulier »), qui mettent « gratuitement » et dans la plus parfaite illégalité des millions de titres à la disposition des internautes.

Affaire à suivre…

Vinciane Baudoux.

Commenter cet article